Tous les jours Cristina va voir sa voisine, cuisine pour elle si nécessaire alors qu’elle n’a rien chez elle, lui offre sa générosité bien plus grande que sa pauvreté, bien plus grande que l’alcoolisme de son mari.

Nous sommes si petits !!! Quelques paires de mains pour soulager tant de cœurs qui pleurent dans leur solitude !!! En marchant dans le quartier, je voyais toutes ces maisons, toutes ces petites rues, ce labyrinthe d’impasses, d’escaliers, de petits passages entre deux murs. Chaque escalier, chaque rue, chaque recoin mène à un foyer, dans chaque foyer vivent, qui une maman avec ses trois enfants, qui Vano, l’alcoolique, qui une petite grand-mère… Quelque soit l’endroit où l’on va dans ce labyrinthe, on rencontre Jésus. Il y a tant d’enfants avec qui jouer, tant de grands-mères à écouter, tant de garçons à réveiller de leur torpeur, tant de jeunes filles à guider. Il y a tant d’enfants pour m’apprendre à m’émerveiller, tant de grand-mères pour m’enseigner la charité, tant d’anciens pour me montrer la sagesse, tant de jeunes filles pour me montrer l’énergie et les rêves de ce monde. Je n’ai que deux mains et deux pieds, seulement deux yeux pour pleurer, et une bouche pour rire et offrir un sourire. Fais de moi Seigneur, cette goutte d’eau que pénètre un rayon de soleil et qui le multiplie en des milliers de petits rayons de lumière !!

Hotense — Brésil